Archives des articles tagués Tricot

Médecins aux pieds nus – Canada (MAPN-CA) a un besoin urgent de laine!

Depuis plusieurs années, MAPN-CA oeuvre en partenariat avec différentes résidences pour personnes âgées dont la résidence Tournesol, le Manoir Pointe-aux-Trembles et Les Filles de La Sagesse Canada afin de confectionner des vêtements pour les plus démunis. Cette activité, qui se déroule toute l’année grâce à la participation d’une cinquantaine de dames passionnées, permet de distribuer gratuitement des parures contre le froid. Les tricoteuses bénévoles prennent à coeur la confection de vêtements chauds, esthétiques et colorés pour égayer et réchauffer le quotidien des personnes dans le besoin. Pour leur permettre de faire face au froid québécois, elles leur tricotent des bas, mitaines, tuques et foulards avec amour.

En donnant de la laine à la mission de MAPN-CA, vous ferez partie de cette grande chaîne d’entraide! Donnez sans hésiter et partagez la fierté et la joie contagieuse des tricoteuses-volontaires et de ceux qui reçoivent! Faites partie de cette grande chaîne d’amour en offrant de la laine qui sera transformée, maille à maille, pour éloigner le froid!

Pour faire vos dons, s’il vous plaît communiquer avec :

MAPN-CA : 436-936-1944 ou 514-746-1944  (Karima et Francine)

514-374-7830 (soeur Rachel)

Par courriel : fleuryrodet@yahoo.ca (Francine)

Relais SagesseMédecins aux pieds nus – Canada (MAPN-CA) est un organisme humanitaire qui utilise les moyens naturels et alternatifs pour ses actions, tant locales qu’internationales : l’agriculture biologique, les thérapies alternatives et les énergies durables. Chaque mission s’appuie sur les ressources humaines et matérielles disponibles afin de les faire fructifier et permettre des échanges intergénérationnels, interculturels. Au niveau local, MAPN-CA apporte son soutien à divers organismes sociaux de Montréal dédiés aux itinérants et sans-abri, aux personnes âgées isolées, aux familles monoparentales en offrant entre autre des massages, des soins de pieds, des conseils naturopathiques et pédiatriques.

Les Mains Poster

Film documentaire | 57 minutes | 2013
Réalisation Guillaume PASCALE aka EQCQ 

Avec Tricot Pirate du collectif Les Ville-Laines
Musique A.N.I.
 
A l’automne 2012, l’artiste Karine Fournier aka Tricot Pirate effectue une résidence au sein du CHSLD Providence Notre-Dame de Lourdes, dans le quartier Hochelaga à Montréal, en initiant les aînées au tricot-graffiti. Durant huit semaines, la caméra du réalisateur Guillaume Pascale suit Tricot Pirate et les aînées au fil du quotidien pour capturer la création d’une oeuvre collective. Au-delà de l’âge et des limitations physiques, la frénésie du tricot, du crochet et du patchwork fait-main opère sa magie dans le CHSLD et de petits miracles s’en suivent.
  
Le film est en ligne ici.
 
 
#Lesmains 
 

Le comité de soutien de la famille Awan et le collectif d’artistes et d’activistes No Border a installé un tricot-graffiti en soutien à Madame Khurshid Begum Awan devant le bureau de l’immigration et de la citoyenneté, au coin Peel et Saint-Antoine, à Montréal pour souligner la Journée internationale des migrants le 18 décembre dernier.

Khurshid Begum Awan est une réfugiée pakistanaise qui a courageusement décidée de défier l’avis de déportation qu’elle a reçue le 21 août 2013. Depuis, elle est forçée de vivre dans une église à Montréal en attendant que son statut soit régularisé. En plus de subir l’intimidation de l’Agence des Services Frontaliers du Canada (ASFC), elle n’a pas pu se présenter à ses rendez-vous médicaux. Si elle est déportée au Pakistan, Madame Awan risque de subir diverses formes de violence; elle pourrait entre autre avoir de graves problèmes de santé, voir mourir du à un manque d’accès à des soins de santé adéquat ou encore subir une attaque de la part du groupe Sibah-e-Sahaba, un groupe anti-Chiite. De plus, la déportation de Madame Awan entrainerait une séparation permanente de sa fille, Tahira Malik, réfugiée qui est maintenant une citoyenne canadienne vivant ici depuis 13 ans, ainsi que son petit-fils que Khurshid a dû éléver en tant que mère.

« Un fil entrelacé devient un chandail. Tout comme les gens se gardent au chaud avec ce genre de vêtement, ils en sont protégés. » disait Madame Awan, « de la même manière que ma famille et moi voulons être protégées de la violence et de l’injustice. »

Pour plus d’informations:

La Porte Jaune (Yellow Door) un organisme communautaire qui vient en aide aux personnes âgées vivant seules a un urgent besoin de dons de laine pour son Club Tricot pour les ainés. Si vous en avez à donner, s’il vous plaît communiquer sans plus tarder avec Sonia Nizza : yd.activitiescoordinator@gmail.com

Le Programme Trampoline recherche des tricoteuses bénévoles. Cette organisation à but non-lucratif accueille des enfants qui présentent un trouble du spectre de l’autisme et d’autres troubles développementaux. Cette année, le centre mets en scène un spectacle à l’occasion du temps des fêtes et recherche des gens prêts à donner de leur temps pour tricoter des tuques pour les ‘petites vedettes’. Si ce projet vous intéresse ou si vous connaissez des associations ou personnes qui seraient prêtent à nous donner un coup de main, s’il vous plaît communiquer avec Gabrielle Flibotte : gabrielle.flibotte@gmail.com

Aujourd’hui, j’ai accroché un tricot-graffiti de dentelles avec Pixie Knit pour célébrer l’ouverture de La Maison Tricotée, la nouvelle boutique de celle qui m’a initié au tricot il y a trois ans, Céline Barbeau aka Céline en Laine et ses complices Caro, Clara, Corentine et Ariane!

Dentelles

DentellesMaison TricotéeNote de blog de Céline ici

+ de photos ici

« L’activité des tricoteuses urbaines (adeptes du tricot-graffiti ou du yarnbombing) illustre bien cette résonance incessante. Ces activistes tricotent pour diverses causes, parfois simplement pour réchauffer des endroits mal-aimés de la ville, comme ce fut le cas lorsque les Ville-Laines ont tenté de donner un peu de réconfort à l’Agora du square Viger à Montréal. Installés précipitamment et sans permission, leurs travaux d’aiguille tendent à être rapidement retirés des lieux publics, mais leur vie se poursuit à travers de très nombreux blogues et surtout des groupes Flickr où les images se propagent et se multiplient très vite. Ainsi, en tant ce qui concerne le tricot-graffiti que plus généralement les pratiques artistiques furtives, ce qui, dans l’espace urbain, apparaît comme à peine public – soit par leur brièveté d’apparition, soit par les aspects nécessairement subreptices et confidentiels de certains gestes artistiques –, devient par le Web, beaucoup plus présent, visible, mobile et foisonnant. »

Suzanne Paquet

CV95

CV95 avec mon premier tricot-graffiti avec le collectif Les Ville-Laines au Carré Viger à Montréal en novembre 2011 : Tricot = Paix