Archives des articles tagués Tricot-Graffiti

OlekLe dernier coup d’éclat d’Olek crée des remous et pose de très bonnes questions sur les valeurs entourant la pratique du tricot-graffiti. En voulant attirer l’attention sur la menace d’extinction des requins en recouvrant une sculpture du musée sous-marin de Cancun, l’artiste aurait par mégarde endommagé la faune aquatique selon un article récent du Huffington Post. Agir sans permission est le propre du graffiti. C’est une façon de laisser sa marque et se réapproprier l’espace public. C’est audacieux et souvent déroutant, voire confrontant. La laine confère tout de même un aspect doux et acceptable à ces actions illégales. D’autant plus que le textile, de par sa nature, connote la protection et non la destruction. La bombe aurait très bien pu réussir à secouer les consciences en matière de protection de l’environnement. Au lieu son détonnement semble s’être noyé dans une conjoncture entourant la légitimité morale et le bien fondé de sa démarche. Une oeuvre ou même un geste artistique appuyant une cause sociale se doit d’être avisée et hautement éthique afin de garantir son succès et préserver l’intégrité du message. Olek qui est loin d’être une amateur aurait pu prévoir le coup. Dans ce cas de figure, la bombe à retardement, et le véritable danger, c’est de vouloir à tout prix repousser les limites, en mettre plein la vue, au prix de m’éprendre ses intérêts pour la cause. Le dernier billet de Leanne Prain, auteure et experte de la culture DYI et craft, intitulé On Yarn Bombing and Ethics, qui m’a inspiré cette brève réflexion, traite de quelques-uns des aspects importants entourant la pratique du tricot-graffiti. Matière à réflexion.

VancouverVancouver

Val DavidVal DavidVille-Laines_Val_David_Pic_12En résidence d’artiste avec Les Ville-Laines aux jardins du précambrien ce mois-ci. Le Symposium International d’art-nature multidisciplinaire de Val-David, sous le theme de Trajectoires – Détours – Résistance est ouvert au public du 5 juillet au 13 octobre 2014. Merci à la Fondation René Derouin.

Val David+ de photos ici

Je suis allée faire un tour au Village Éphémère en fin de journée avec Tricot Pirate.

Village Éphémère

Village Éphémère
Village Éphémère
+ de photos ici

Aujourd’hui, a eu lieu l’accrochage du Jardin Suspendu sous un ciel resplendissant. Un immense tricot-graffiti multicolore, confectionné lors de médiations culturelles, et agrémenté d’oeuvres textiles ludiques des Ville-Laines a élu domicile sur la terrasse de la Maison de la culture Côte-des-Neiges. Le vernissage aura lieu ce jeudi, 19 juin, de 17h à 19h. Venez faire un tour! L’installation évolutive et participative, grâce à des ateliers qui auront lieu cet été, sera en place jusqu’au 28 septembre.

Côte-des-NeigesCôte-des-NeigesCôte-des-neigesCôte-des-neiges

Un après-midi à assembler des bouts tricotés lors d’un projet de médiation culturelle avec Les Ville-Laines et La Maison Bleue. Fondée en 2007, la Maison Bleue a pour mission de briser l’isolement des femmes enceintes vivant dans un contexte de vulnérabilité et leur offrir les ressources nécessaires pour que leur enfant naisse et grandisse dans des conditions favorisant son plein développement. L’immense tricot-graffiti fera partie de l’exposition Le Jardin Suspendu du 19 juin au 28 septembre sur le toit de la Maison de la culture Côte-des-Neiges.

Maison de la culture   MCCDN_13Maison de la culture

J’ai profité de mon passage à San Francisco pour mettre un peu de laine sur Wool Street dans le quartier de Bernal Heights.

Wool Street



Wool StreetWool Street

Ça fait plus de 6 ans que j’habite la Petite-Patrie et que j’emprunte le même chemin tôt le matin pour aller travailler et le soir sur le chemin du retour à la maison. J’affectionne tout particulièrement le métro Beaubien et mon quartier. Depuis quelques mois je tricotais l’idée de recouvrir une des colonnes de béton gris de laine; d’y ajouter une touche de couleur pour égayer la monotonie du quotidien des jours qui défilent. Un prélude au printemps. C’est grâce à l’artiste Natacha Sansoz du collectif AIAA en visite à Montréal et Pixie Knit du collectif Les Ville-Laines que j’ai pu réaliser cette lubie.

Métro BeaubienMétro BeaubienMétro Beaubien

Knit Your Revolt Wooly thinking : Why I yarnbombed Queensland Parliament, l’article paru ce matin dans Le Guardian m’a vraiment fait plaisir. Les membres du collectif Knit Your Revolt ont offert un cadeau très original aux politiciens de Queensland en installant une cellule d’isolement tout de rose tricotée à la porte du parlement. L’artiste et tricoteuse engagée canadienne vivant en Australie, Frankie Vandellous, y décrit les raisons qui l’ont poussé à créer avec ses ami(e)s cette action laineuse pour dénoncer les lois anti-démocratiques et les agissements peu scrupuleux du gouvernement. Cela me réjouit toujours de voir comment le tricot-graffiti réussit à unir les gens en utilisant des moyens pacifiques, ludiques et efficaces afin de subvertir et attirer l’attention sur les maux du monde en pointant la porte de sortie vers un autre paradigme.

Bonne St-Valentin!

Les Mains Poster

Film documentaire | 57 minutes | 2013
Réalisation Guillaume PASCALE aka EQCQ 

Avec Tricot Pirate du collectif Les Ville-Laines
Musique A.N.I.
 
A l’automne 2012, l’artiste Karine Fournier aka Tricot Pirate effectue une résidence au sein du CHSLD Providence Notre-Dame de Lourdes, dans le quartier Hochelaga à Montréal, en initiant les aînées au tricot-graffiti. Durant huit semaines, la caméra du réalisateur Guillaume Pascale suit Tricot Pirate et les aînées au fil du quotidien pour capturer la création d’une oeuvre collective. Au-delà de l’âge et des limitations physiques, la frénésie du tricot, du crochet et du patchwork fait-main opère sa magie dans le CHSLD et de petits miracles s’en suivent.
  
Le film est en ligne ici.
 
 
#Lesmains