Archives des articles tagués Tricot-Graffiti

Mile-EndMile-EndMile-End

Il n’existe rien de constant si ce n’est le changement. ~Bouddha

La vie est changement. L’impermanence, l’une des doctrines du bouddhisme, exprime bien cette notion que l’existence est, sans exception, transitoire et dans un état constant de flux. Le passage des saisons est une belle métaphore qui représente ce mouvement, d’un début et d’une fin. L’absence de permanence peut se révéler difficile à accepter ou bénéfique tout dépendent comment elle est vécue. Toute fin est aussi une opportunité renouvelée de revoir, recommencer et revivre. L’acceptation des choses telles quelles sont devient alors un mantra. Une façon d’aborder cette grande aventure qu’est le changement perpétuel.

TextlesMile End

Le 3 octobre depuis 1990 a lieu le Jour de l’Unité allemande qui célèbre la réunification du pays. Le mur de Berlin a divisé la ville durant plus de 28 ans (1961-1989). Au centre de la guerre froide, période durant laquelle deux idéologies dominantes s’affrontent, le « mur de la honte » pour les uns et le « mur de protection antifasciste » pour les autres, il a été l’emblème de la guerre froide. Le 9 novembre prochain aura lieu le 25e anniversaire de sa chute.  « En plus de représenter un bouleversement majeur dans les sphères économiques et politiques du monde, la chute du mur de Belin incarne une victoire pour les droits de la personne. C’est un symbole qui continue d’inspirer des milliers de militants en quête de liberté et de démocratie » rappelle Daniel Casillas dans un article publié dans le Métro ici. En mémoire de ceux et celles qui ont perdu leur vie en tentant de fuir à l’Ouest ou qui ont été emprisonné sous la dictature autoritaire de l’Est, j’ai osé une petite « touche de douceur » à Bernauer Strasse.

Berlin Berlin

Berlin Wall

OlekLe dernier coup d’éclat d’Olek crée des remous et pose de très bonnes questions sur les valeurs entourant la pratique du tricot-graffiti. En voulant attirer l’attention sur la menace d’extinction des requins en recouvrant une sculpture du musée sous-marin de Cancun, l’artiste aurait par mégarde endommagé la faune aquatique selon un article récent du Huffington Post. Agir sans permission est le propre du graffiti. C’est une façon de laisser sa marque et se réapproprier l’espace public. C’est audacieux et souvent déroutant, voire confrontant. La laine confère tout de même un aspect doux et acceptable à ces actions illégales. D’autant plus que le textile, de par sa nature, connote la protection et non la destruction. La bombe aurait très bien pu réussir à secouer les consciences en matière de protection de l’environnement. Au lieu son détonnement semble s’être noyé dans une conjoncture entourant la légitimité morale et le bien fondé de sa démarche. Une oeuvre ou même un geste artistique appuyant une cause sociale se doit d’être avisée et hautement éthique afin de garantir son succès et préserver l’intégrité du message. Olek qui est loin d’être une amateur aurait pu prévoir le coup. Dans ce cas de figure, la bombe à retardement, et le véritable danger, c’est de vouloir à tout prix repousser les limites, en mettre plein la vue, au prix de m’éprendre ses intérêts pour la cause. Le dernier billet de Leanne Prain, auteure et experte de la culture DYI et craft, intitulé On Yarn Bombing and Ethics, qui m’a inspiré cette brève réflexion, traite de quelques-uns des aspects importants entourant la pratique du tricot-graffiti. Matière à réflexion.

VancouverVancouver

Val DavidVal DavidVille-Laines_Val_David_Pic_12En résidence d’artiste avec Les Ville-Laines aux jardins du précambrien ce mois-ci. Le Symposium International d’art-nature multidisciplinaire de Val-David, sous le theme de Trajectoires – Détours – Résistance est ouvert au public du 5 juillet au 13 octobre 2014. Merci à la Fondation René Derouin.

Val David+ de photos ici

Je suis allée faire un tour au Village Éphémère en fin de journée avec Tricot Pirate.

Village Éphémère

Village Éphémère
Village Éphémère
+ de photos ici