Hier, j’ai installé avec collectif Les Ville-Laines des tricot graffitis sur les lampadaires de la rue St-Denis entre les rues Roy et Gilford. Ça nous a pris 8 heures à 6 personnes pour accrocher 50 pièces de 5 à 6 pieds de hauteur (diamètres variables entre 13 et 30 pouces). Un merci tout spécial à Pandora et Szandra pour leur aide incommensurable!

Le projet d’art public 50 Lampadaires transfigurés initié par Joël Pourbaix, directeur général de la SDC Pignons Rue St-Denis, ajoute une touche ludique et fait main sur l’artère commerciale. Beaucoup de gens nous ont remercié pour notre geste durant l’installation. L’intention est de mettre de la couleur, de la douceur et de la joie dans la vie des passants. Chaque lampadaire est unique et assemblé avec amour. Bien entendu, je n’ai pas pu m’empêcher de broder le mot PAIX sur un des tricot!

+ + +

Les tricots devaient rester trois mois sur les lampadaires mais au bout de trois semaines, ils avaient pratiquement tous disparus. Plus de quarante avaient été enlevés sans qu’on sache par qui, comment ou pourquoi. Lire l’article sur le blogue urbain du Devoir qui pose la question qui brûle toutes les langues : Pourquoi s’opposer au tricot?

St-Denis
St-Denis

St-Denis

St-DenisSt-Denis

St-Denis_38+ de photos sur la page Facebook et sur le blog du collectif Les Ville-Laines.